top of page
  • Linkedin
  • Facebook
  • TikTok

Science et spiritualité




A priori, on pourrait ne pas voir le lien avec l'aspect croyance, nonobstant, ayant une passion à la fois pour la spiritualité (au sens large et absolument dénuée de dogmatisme) et pour la science (celle qui possède une conscience), j'ai pu au fil de mes expériences ("ésotériques" bien que factuelles et très déroutantes au demeurant) vécues et de mes lectures éclectiques faire un lien entre les deux. D'abord intuitif, ensuite, plus pragmatique.

 

J'aimerais partager cette analyse simple :

 

Certes, la relation entre la physique quantique et la spiritualité est un sujet complexe et souvent controversé qui a suscité beaucoup de débats et de discussions parmi les scientifiques, les philosophes.

 

La physique quantique a introduit des concepts tels que la superposition, l'intrication et l'incertitude, qui défient souvent notre compréhension intuitive du monde. Les interprétations de ces phénomènes quantiques, l'interprétation des mondes multiples, ou l'interprétation de l'effondrement de la fonction d'onde, peuvent sembler étranges et ont parfois été associées à des concepts plus ésotériques et ou spirituels.

 

Dans la physique quantique, le rôle de l'observateur est crucial. Le simple fait d'observer une particule quantique peut influencer son comportement. On peut donc interpréter cela comme le fait que la conscience joue un rôle fondamental dans la création de la réalité, ce qui a été associé à des idées spirituelles et métaphysiques sur la nature de la conscience et de la réalité.

 

Les notions de non-localité et d'intrication quantiques suggèrent une interconnectivité fondamentale entre toutes les choses dans l'univers. Cette idée de l'unité de toute chose peut résonner avec certaines perspectives spirituelles telles que le Bouddhisme, l'Indouisme et j'en passes.

 

Petit exemple succinct :

L'expérience des fentes de Young, (Thomas, ne pas confondre avec le grand Carl Gustav Jung) dispositif expérimental de la physique quantique, illustre le comportement ondulatoire de la lumière. Elle a été réalisée pour la première fois par le physicien anglais Thomas Young au début du XIXe siècle. Cela veut dire que la lumière est à la fois ondulatoire (non-matière) et corpusculaire(matière), en schématisant.


Le dispositif consiste en une source de lumière cohérente dirigée vers une barrière munie de deux fentes étroites et parallèles. Derrière cette barrière est placé un écran sensible à la lumière, comme une plaque photographique ou un écran de détection. Lorsque la lumière traverse les fentes et atteint l'écran, elle produit un motif d'interférence caractéristique.


Ce motif d'interférence est dû au fait que la lumière se comporte comme une onde. Lorsqu'elle passe à travers les deux fentes, elle se propage en formant des ondes qui interfèrent entre elles de manière constructive (créant des zones lumineuses plus intenses) ou destructive (créant des zones d'ombre ou de moindre intensité). Cela crée un schéma d'interférence sur l'écran, avec des bandes lumineuses et sombres alternées.

Ce qui est remarquable dans l'expérience des fentes de Young, c'est que même lorsque la lumière est émise photon par photon (c'est-à-dire lorsque l'intensité lumineuse est réduite au point où l'on peut observer l'arrivée individuelle de chaque photon), le motif d'interférence apparaît progressivement sur l'écran, comme si chaque photon interférait avec lui-même. Cela démontre le caractère ondulatoire de la lumière, même lorsqu'elle est émise sous forme de particules (les photons).


L'intrication quantique démontre avec certitude, que tout ce qui est dans l'univers et relié, là aussi on rejoint l'idée que la réalité/séparation ne sont qu'illusion crée par notre cerveau.


Cerise sur le gâteau et là cela devient inouï, si l'on garde un regard pragmatique seulement, celle-ci choisit (littéralement) son "comportement". C’est-à-dire que non observée, elle se comporte comme une onde (non-matière) et lorsqu'elle est observée (les scientifiques ont essayé la piéger, sans résultats), elle se comporte comme un corpuscule (matière) !


Ce qui a fait dire à Einstein : "Je ne peux croire que si je ne regarde pas la lune, celle-ci n'existe pas ! ".


Finalement, "ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas"…


Belle journée et belle méditation😉

 

 

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page